Compte-rendu du comité de suivi du 6 décembre 2016

Les présents étaient :
Les représentant(e)s de toutes les écoles de la ville.
Mme Massiet, adjointe
M. Leprêtre, maire
La directrice du service école,
Mme Wissocq du service école,
Mme Bernasconi, EJE en charge des activités TAP et périscolaires
Des représentants des associations ou intervenant pour les TAP : marionnettes, vidéo.

Absente : Mme Marie-Françoise Godon, inspectrice de l’éducation nationale

Le maire prend la parole en indiquant que concernant la dérogation de 3 ans pour le PEDT mis en place avec la 1/2 journée supplémentaire et qui s’achève en fin d’année scolaire 2016-2017, qu’il avait conjointement avec le maire de Marcq-en-Barœul (Bernard Gérard) écrit une lettre à M. Guy CHARLOT (Inspecteur d’académie, directeur académique des services de l’éducation nationale du Nord) en demandant une prolongation d’un an pour la période 2017/2018, car des échéances électorales se profilent.
Le maire nous explique qu’il ne sait pas ce qu’il adviendra de ce décret si une nouvelle majorité présidentielle est élue en mai et en juin 2017.

Il indique aussi qu’à l’issue de cette prolongation, il y aurait des aménagements de l’actuel PEDT  « peu ou proue ».
Il nous renvoie au passage au programme de François Fillon (qu’il a soutenu pour la primaire de la droite et du centre) sur l’école mais aussi tous les autres candidats, ayant dit précédemment qu’il voulait « sanctuariser l’école » et ne pas faire de politique avec les parents d’élèves élus des conseils d’école.
Mais à part ça il ne faut pas faire de politique …

Par la voix de la directrice de l’école Louise-de-Bettignies, Mme Godon nous informe qu’une autre consultation est prévue et nous sera demandée pour la nouvelle période à venir.
Mais elle indique aussi que c’est à l’initiative de M. Charlot que sera lancée cette consultation auprès de tout le monde (communes, directions d’école, parents élus, etc.).
La réponse du maire à cette consultation est [« Ma réponse est « je vous ai écrit et [pour moi] c’est une prorogation d’un an pour sortir de l’étau politico-électoral dans lequel nous sommes. C’est çà ma réponse. J’en ai pas d’autre à lui faire ».]

Notre question au maire a été de savoir s’il était conscient que les parents des écoles dans leur grande majorité avait le souhait de voir glisser la demi-journée du samedi au mercredi.

Que des sondages ont été réalisés dans toutes les écoles l’an dernier, et que les résultats peu satisfaisants en terme de fréquentation les samedis matins ont été consignés dans les comptes-rendus officiels de tous les conseils d’école extraordinaires organisés à la demande de Mme Godon inspectrice de notre circonscription.
Et que donc dans le cas échéant, s’il avait un « plan B » dans le cas où la demande des 2 communes serait rejetée.

Il « n’imagine pas une seule seconde que M.Charlot nous dise non ».
Il nous a répondu que si ça ne passait pas, ils « monteraient un peu plus haut » (comprendre la voie hiérarchique) et qu’il ferait tout pour que leur demande conjointe soit acceptée car cela demanderait une réorganisation trop importante au niveau associatif de la ville, de l’organisation en général, pour peut-être si peu de temps, etc.

Nous lui avons dit que nous ferons le sondage demandé et que pour donner suite aux réponse des parents sur la 1/2 journée lors des prochains conseils d’école, nous procéderions à un vote à la proportionnelle en fonctions des avis récoltés et qui devra être inscrit au préalable à l’ordre du jour du conseil d’école, comme nous l’avions fait l’an dernier.

L’assemblée a également parlé de la consultation des habitants en 2013 faite par la mairie sur le passage de la semaine à 4 jour 1/2.
La représentante élue de D’Hallendre argue le fait qu’il y avait eu peu de participation à la consultation organisée par la commune (moins de 40%).
Nous avons suggéré [au maire] donc de refaire une consultation en début d’année et qu’il verra que la participation sera plus forte car les parents savent maintenant ce que cette 1/2 journée veut maintenant dire et ce qu’elle implique pour eux.
Sa réponse est « que c’est une vraie fausse idée » car pour des raisons politiques (échéances électorales) « cela ne s’y prête pas ».
« Et que maintenant, il n’y a plus qu’à attendre la réponse. » au courrier adressé à M. Charlot.

Pour terminer, le maire trouve que cette réforme des rythmes scolaires « ne fonctionne pas comme ça devrait fonctionner » et que « quelque soient nos gouvernants de demain, la réforme elle connaitra des évolutions radicales ou sous forme d’amendements très forts »

Le maire nous alerte aussi également sur la gratuité des TAP.
Si tout est à revoir (après les élections), se posera alors la question du samedi mais aussi de la gratuité.
Il dit également que la gratuité, avec comparaisons autour de nous (comprendre les autres villes), est ici l’exception.
Car il va manquer pour le PEDT -2014-2017-  3,5M de dotations de l’état.
Les chiffres seraient à regarder à la loupe car il nous semble que cette année encore l’État participe au financement d’une partie de la réforme des rythmes scolaires.